Eolien

Les règles d’implantation de projets photovoltaïque au sol et éolien en Guadeloupe évoluent.

La délibération du conseil régional publiée au JORF du 29 mars 2020 renforce le poids de l’avis rendu par la région Guadeloupe dans le processus d’autorisation de projets. Objectifs : contenir la consommation foncière et renforcer la bonne prise en compte de l’environnement dans la mise en œuvre de la transition énergétique en Guadeloupe.

En Guadeloupe, l’installation de projets photovoltaïques au sol et éoliens est soumise à l’obtention d’une décision favorable du conseil régional.

Dans le cadre de son habilitation à légiférer dans le domaine de l’énergie, par la délibération du 17 décembre 2010 entrée en vigueur le 6 mars 2011 (NOR : CTRX1102134X), modifiée par les délibérations du 1er février 2011 (NOR : CTRX1106091X), le conseil régional de Guadeloupe a créé la « Commission Photovoltaïque-Eolien (CPV-E) ». Cette commission présidée par le président du conseil régional et composée notamment du conseil départemental, de l’association des Maires de Guadeloupe, des services de l’Etat, de la CDPENAF (Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers), du SY.MEG, (…), est chargée d’émettre un avis sur les projets photovoltaïques au sol et les projets éoliens soumis à permis de construire en Guadeloupe. Cet avis préfigure l’avis délibéré du Conseil régional de Guadeloupe..

Les travaux de la CPVE, s’inscrivent dans la volonté du conseil régional de poursuivre le développement de grandes infrastructures énergétiques renouvelables tout en préservant les espaces naturels et agricoles.

Afin de poursuivre cette dynamique de conciliation entre transition énergétique et préservation de l’environnement, le conseil régional a adopté le 28 décembre 2018, la délibération N°CR/18-1510 renforçant l’avis de la région Guadeloupe dans le processus d’autorisation de projets. Suite à sa publication au journal officiel de la république française, le 29 mars 2020, cette délibération entre en vigueur au 30 mars 2020. A compter de cette date, seuls les projets photovoltaïques au sol et les projets éoliens ayant reçu un avis favorable du conseil régional pourront être raccordés au réseau électrique, ou faire l’objet d’une proposition technique et financière.

La durée de validité des avis de la région Guadeloupe est désormais alignée sur celle des permis de construire des installations.

La délibération n° CR/18-1510 prévoit également que les avis du conseil régional de la Guadeloupe pris sur avis préalable de la Commission PV-Eolien ont désormais une durée de validité correspondant à celle du permis de construire des projets.

Toute modification apportée à un projet déjà évalué par la CPV-E ou ayant déjà donné lieu à une décision du conseil régional entraîne la caducité de l’avis rendu par la CPV-E et celui rendu par la région Guadeloupe. Les porteurs de projets devront par conséquent solliciter à nouveau l’avis du conseil régional pour poursuivre la mise en œuvre du projet concerné.

Retrouvez ICI l’ensemble des délibérations prises par la région Guadeloupe au titre de son habilitation énergie en matière de photovoltaïque et d’éolien.

Une campagne de financement participatif pour le parc éolien hybride de Sainte-Rose

DCIM\100MEDIA\DJI_0049.JPG

 Depuis le 8 décembre, le parc éolien de Sainte-Rose s’est ouvert au financement citoyen. Cette campagne réservée exclusivement aux guadeloupéens – nes depuis mi-décembre, est organisée via la plateforme spécialisée Lendosphere. Cette collecte a pour objectif d’atteindre les 500 K€ et s’achève ce vendredi 7 Février. A ce jour, un peu plus de 370k€ ont été collecté auprès de 377 prêteurs.

Une opportunité pour les Guadeloupéens d’investir dans la transition écologique du territoire

Cette campagne est proposée par Sainte-Rose Energies, propriétaire du parc éolien de Sainte-Rose. Au travers de cette opération, ils souhaitent que les riverains du parc éolien puissent participer volontairement à la transition énergétique de leur territoire, tout en bénéficiant directement d’une partie de ses retombées économiques. Désormais, seuls les guadeloupéens peuvent prendre part à cette opération. Les riverains, résidant dans la Communauté d’Agglomération du Nord Basse Terre, mais aussi plus largement, tous les habitants de l’archipel bénéficient de conditions préférentielles d’investissement. Les citoyens pourront prêter à partir de 50 euros, pour une durée de 5 ans, avec des échéances de remboursement trimestrielles.
 Il s’agit de favoriser le recours à une épargne en circuit court avec des retombées économiques directes pour les riverains du projet.

Retrouvez la campagne et toutes ses modalités sur : www.lendosphere.com/sainte-rose  

Un projet d’envergure 

Inaugurées il y a tout juste un an, le 26 janvier 2019, les 8 éoliennes de 2 MW chacune, implantées sur les sites de Bellevue et l’Espérance à Sainte-Rose fournissent de l’électricité dans le réseau local depuis novembre 2018. Hautes de 123 mètres en bout de pale, ces éoliennes, non rabattables, ont été les premières à être installées dans les Antilles françaises. Elles sont équipées d’un dispositif qui leur permet de rester alimentées en électricité en cas de déconnexion au réseau. Avec ses 16 MW de puissance, le parc produit environ 33 GWh d’électricité verte par an, soit la consommation de plus de 17 000 personnes. Sa mise en service a permis d’augmenter de 10% la production d’énergie renouvelable de la région. Le parc éolien est géré par la société Sainte-Rose Energies dont les actionnaires sont VALOREM (65 %), la Banque des Territoires (30 %) et la SEML Guadeloupe EnR (5%).

Lancé en 2011 en concertation avec les élus de Sainte-Rose, sa construction a nécessité un investissement de plus de 50 millions d’euros et près de 2 ans de travaux.

Plus d’informations sur www.guadeloupe-enr.com/  

Contact presse  
Laure Verhaeghe – Lendosphere – laure@lendosphere.com – 07 50 69 94 59  
Aurélia Allard – VALOREM – aurelia.allard@valorem-energie.com – 06 02 73 81 36  
Kanell Ambroise – VALOREM CARAIBES – kanell.AMBROISE@valorem-energie.com – +590 690 54 66 85      

Inauguration du renouvellement du parc éolien de Gros Cap à Petit-Canal

Ce mardi 3 décembre 2019, l’entreprise EDF Renouvelables a inauguré le parc éolien rénové de Petit-Canal. Cette opération permet d’augmenter la puissance installée qui passe de 7 à 9 MW. La production d’électricité attendue devrait être de 31 GWh/an, soit la consommation annuelle de 9 000 habitants.

Moins d’aérogénérateurs pour plus d’électricité

C’est en 2000 qu’a vu le jour le parc éolien de Petit-Canal initialement composé de 32 éoliennes bipales et rabattables. Le renouvellement du parc (repowering) réduit l’impact paysager, les nuisances sonores et l’emprise au sol. Les nouvelles machines disposent d’un système leur permettant de faire face aux aléas météorologiques.

Les travaux de démantèlement ont démarré en octobre 2018. Les 10 nouveaux aérogénérateurs, d’une puissance unitaire de 900 kW, ont été installés courant 2019.

Cette opération a permis de diviser par 3 le nombre d’éoliennes et d’augmenter la puissance d’environ 20%.

De plus, elle s’inscrit dans les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie 2017 de la Guadeloupe instaurée par la loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte de 2015. Celle-ci vise, pour les outre-mer, l’atteinte de 50% de production d’origine renouvelable dans la consommation finale d’énergie à horizon 2020 et l’atteinte de l’autonomie énergétique d’ici 2030. D’ici 2023, la PPE de Guadeloupe vise l’installation de 82 MW supplémentaires de projets éoliens terrestres avec stockage.

Un projet concerté en faveur de l’économie sociale et solidaire en Guadeloupe

Ce projet a fait l’objet d’une concertation continue avec la municipalité et les habitants de Petit-Canal. Une journée portes ouvertes a permis de recueillir et d’intégrer les observations des habitants.

De plus, EDF Renouvelables, en collaboration avec la commune et la CANGT, a signé le 19 mars 2018 une charte sociale et environnementale pour lutter, dans le cadre de cette opération, contre l’exclusion sociale, favoriser l’emploi local et régional ainsi que la formation des publics sans emploi.

Enfin, une convention de donation cède au Lycée Professionnel Louis Delgrès du Moule des composants électriques démantelés au profit de son « BAC PRO Métiers de l’Electricité et de ses Environnements Connectés » (MELEC).

Inauguration du renouvellement du parc éolien de la Montagne à la Désirade de Quadran Caraïbes.

 

Inauguration du parc éolien renouvelé de "La Montagne" à la Désirade, Guadeloupe.

Ce jeudi 6 Mai 2019, l’entreprise Quadran Caraïbes a inauguré à la Désirade un parc renouvelé qui produit de l’électricité sur le réseau Guadeloupéen depuis janvier 2019.

La société travaille sur le projet de renouvellement et d’augmentation de la puissance installée (dit repowering) du parc éolien de la Montagne, depuis janvier 2016. Le parc renouvelé affiche une puissance totale de 7,2 MW associée à un système de stockage électrochimique (batteries).

Quadran est pionnière dans le domaine de l’éolien en Guadeloupe. Elle est à l’origine de la première centrale éolienne de l’archipel, le parc du Souffleur sur la Désirade qui a vu le jour en 1992 pour être raccordé au réseau Guadeloupéen en 1996. Ce parc a été renouvelé en 2010.

Le 2ème parce renouvelé à la Désirade

C’est en 2000 qu’a vu le jour le parc éolien de La Montagne, situé également à la Désirade. Jusqu’à 2016, le parc était composé de 35 éoliennes bipales et rabattables, de 48m de haut (pales comprises) d’une puissance unitaire de 60 kW soit une puissance totale de 2,1 MW pour une production annuelle d’environ 5,2 GWh.

La publication de la Loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte en 2015 a montré que les choix de la Désirade étaient les bons. Cet aspect est également souligné par la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE). En effet, elle assure qu’il est important de promouvoir le développement de l’éolien pour tenir les objectifs de 50% d’énergie renouvelables dans la consommation d’électricité à horizon 2020 et de tendre vers l’autonomie énergétique à horizon 2030 dans l’archipel Guadeloupéen.

C’est pourquoi Quadran Caraïbes, en étroite concertation avec la municipalité et les habitants de la Désirade, a procédé au renouvellement du parc éolien de La Montagne. Cette réflexion amorcée en janvier 2016, a débouché sur une déclaration ICPE en août 2016 et un permis de construire accordé par le préfet en mars 2017.

Passage de 35 éoliennes à 8

Ce repowering a commencé par le démantèlement des 35 éoliennes. S’en est suivie l’installation de 8 mâts d’une puissance unitaire de 900 kW. Le parc a été raccordé au réseau Guadeloupéen en janvier 2019. Ces travaux ont permis de diviser par 4 le nombre d’éoliennes tout en multipliant la production électrique de l’installation par 3 (passage de 5,2 à 15 GWh). Cette approche contribue à renforcer l’intégration paysagère tout en réduisant les nuisances sonores. Le parc permet également d’éviter chaque année l’émission de 12 300 tonnes de CO2.

Enfin, Quadran Caraïbes et la commune ont même co-élaborés une convention de partenariat signée le 17 janvier 2017, parmi les principaux engagements on peut citer :

  • Contribuer à la création d’emplois non délocalisables au profit des Désiradiens
  • Louer un terrain communal
  • Faciliter la prise de participation de la commune dans le projet à hauteur de 12,5%, soit l’équivalent d’une éolienne
  • Participer au financement de la « Fèt a kabrit » pendant au moins 10ans
  • Contribuer au financement d’un canot de voile traditionnelle pour le prochain TGVT avec un équipage désiradien.

Adoption du Schéma Régional Eolien

Le conseil régional de la Guadeloupe, réuni en assemblée plénière le 08 octobre 2012, a adopté le schéma régional éolien (SRE) de la Guadeloupe. Ce document cadre fixe les orientations en matière d’éolien pour atteindre les objectifs ambitieux que le conseil régional s’est fixé pour le développement des énergies renouvelables. Il sera annexé au Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) conformément aux exigences du Grenelle de l’environnement.

Le SRE identifie les zones favorables au développement de l’éolien, prenant en compte les contraintes et spécifications locales. Ce travail a permis d’élaborer une grille d’analyse des projets qui sera mise à la disposition de la commission photovoltaïque-éolien : celle-ci est en charge de l’évaluation de tous les projets souhaitant s’implanter sur le territoire guadeloupéen. Sur la base de cet avis, le conseil régional de la Guadeloupe pourra décider des projets alors autorisés à se raccorder.

Enfin, le SRE intègre également des recommandations portant sur l’aménagement de la réglementation qui encadre le développement des éoliennes. Parmi celles-ci, il est apparu qu’un article du code de l’urbanisme contraignait fortement la filière. Fort de son habilitation et des prérogatives de la commission photovoltaïque-éolien, le conseil régional a décidé de lever cette contrainte pour relancer le développement de projets. Un délibération, entrant dans le cadre de l’habilitation législative régionale, a été votée en ce sens, et entrera en vigueur dès sa publication au Journal officiel de la République.

 

Assemblée plénière du 8 octobre 2012