Politique énergétique

Les résultats de l’habilitation

Les mesures votées par la région Guadeloupe dans le cadre de la première habilitation visent principalement à une « transformation » du marché vers des solutions techniques performantes, en agissant sur des mécanismes incitatifs, généralement privilégiés pour les ménages, et des mécanismes plus contraignants pour les entreprises.

Il s’agit d’évolutions lourdes dont les résultats seront perceptibles sur le long terme. Plusieurs indicateurs mettent en évidence l’impact du dispositif réglementaire sur la maîtrise de la demande énergétique et le développement des énergies renouvelables. Par exemple, les résultats suivants sont directement imputables à la réglementation guadeloupéenne :

  • Le respect des quotas entre filières éolienne et photovoltaïque, qui a notamment permis de préserver le développement des installations photovoltaïques sur des toitures plutôt que sur des sols, répondant ainsi aux contraintes foncières du territoire et favorisant la filière la plus génératrice d’emploi local.
  • L’interdiction de certaines centrales photovoltaïques au sol lorsque celle-ci ne correspondaient pas aux attentes locales.
  • La professionnalisation de la filière thermique du bâtiment, avec la certification d’une trentaine de diagnostiqueurs en capacité de suivre l’application de la RTG sur le territoire.
  • La disparition complète du marché des climatiseurs les moins efficaces …

Cette démarche réglementaire doit s’inscrire dans la durée pour permettre un ajustement permanent des dispositifs en fonction des évolutions du marché. Les résultats de la première habilitation ont conduit à sa reconduction pour 2 années supplémentaire en 2013 puis, à plus long terme en janvier 2016 jusqu’au renouvellement du conseil régional.