Renewable energies

Biomass: regional strategy

La valorisation énergétique de la biomasse répond à plusieurs enjeux stratégiques pour la Guadeloupe :

  • La mobilisation de toutes les énergies renouvelables présentes sur le territoire pour atteindre les objectifs d’autonomie énergétiques de la PPE.
  • La production garantie d’une énergie « de base », par opposition aux sources « intermittentes à caractère aléatoire » telle le photovoltaïque ou l’éolien.
  • La création d’emplois en développant des filières locales ancrées sur le territoire.
  • L’accompagnement du développement agricole, le débouché énergie pouvant offrir de nouveaux créneaux d’activités en milieu rural et constituer une source de diversification des revenus des agriculteurs.
  • Le positionnement du territoire sur le secteur innovant des filières bioénergétiques.

Le Schéma Régional de la Biomasse (SRB)

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique énergétique, la région Guadeloupe a entamé une réflexion sur les potentialités énergétiques de la biomasse sur le territoire et les perspectives de développement des filières bioénergétiques locales.

L’état des lieux de la ressource et des projets existants sur le territoire réalisé par la région Guadeloupe en 2010 a permis de définir les orientations régionales en faveur du développement des filières biomasse-énergie. Celles-ci s’articulent selon trois axes :

  • Axe 1 : Exploitations agricoles autonomes ou productrices d’énergie favorisant les circuits courts.
  • Axe 2 : Soutien à l’émergence de projets exemplaires innovants sur le territoire.
  • Axe 3 : Investissement dans la R&D notamment dans le domaine de la canne-énergie.

Dans son article 203, la LTECV fait état de l’élaboration d’un ” plan de développement distinct” pour la biomasse. Afin de répondre à cette demande nationale, un schéma régional de valorisation de la biomasse sera adossé à la révision de la PPE . Le schéma sera rédigé selon les modalités défini dans le décret n°2016-1134 du 19 août 2016 et devrait être finalisé en juillet 2018, pour être ensuite révisé tous les 6 ans aux mêmes échéances que la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE).

Ce schéma sera constitué de deux parties :

  • un rapport analysant la production de biomasse actuelle et son potentiel de mobilisation,
  • un document d’orientation comportant un plan d’action ainsi que la mise en place d’indicateurs.

Il concerne toute la biomasse pouvant avoir un usage énergétique. Les trois grands types de biomasse sont donc concernés :

  • la biomasse forestière
  • la biomasse agricole (pailles de céréales, lisier, cultures dédiées…)
  • les biodéchets et le bois déchet (déchets alimentaires, déchets verts, connexes de scieries…)

Le SRB prendra en compte les  plans existants ou en cours d’élaboration qui comportent des parties relatives à la biomasse.

Perspectives de développement de la biomasse

Aujourd’hui la concertation menée avec les porteurs de projets a permis d’identifier sur le territoire guadeloupéen un potentiel de développement de l’énergie produite à partir de biomasse d’environ
65 MW supplémentaires d’ici 2023 au travers de plusieurs projets.

Les perspectives de développement de la biomasse énergie reposent en grande partie sur la montée en puissance progressive de la fraction biomasse pour la centrale thermique du Moule (objectif de 43 MW d’ici 2023 ). Le rythme de substitution du charbon par de la biomasse dépendra de la capacité à mobiliser les ressources tirées, en priorité, de la production locale.

C’est pourquoi, dans une perspective de renforcement de l’autonomie énergétique du territoire, l’effort des acteurs locaux se focalisera :

  • Sur la valorisation de l’offre de biomasse locale par une meilleure organisation et optimisation des conditions de captation (sous-produits de l’industrie de la canne, déchets verts des collectivités, déchets bois …) à des fins de valorisation énergétique, notamment par combustion;
  • Sur la mise en place de nouvelles filières de production locale de biomasse.

La PPE de Guadeloupe retient un objectif de développement de la biomasse en équivalent puissance électrique de +66 MW installés sur le territoire d’ici 2023, dont une majeure partie (43 MW) viendront en substitution de moyens thermiques au charbon pour la centrale thermique du Moule.

 

LE SAVIEZ VOUS ?

La prime BAGASSE

Depuis la campagne 2010, la bagasse de canne à sucre livrée par la sucrerie Gardel à la Centrale Thermique du Moule est rémunérée à hauteur de 13 €/t de canne. Cette prime bagasse, instaurée par le décret du 29 octobre 2009 accompagné par l’arrêté du 20 novembre 2009, vient réviser le système de rémunération de la production de canne dont les montants étaient auparavant uniquement fondés sur le taux de sucre. La révision du tarif d’achat de l’électricité produite à partir de la bagasse permet ainsi de restituer aux producteurs un revenu complémentaire au titre de la valorisation énergétique de la bagasse.

En Guadeloupe, la prime bagasse se répartit entre les planteurs qui perçoivent 10/13 du montant de la prime, et l’industriel transformateur pour 3/13. La rémunération de la prime de référence fixée à 13€/t de canne peut varier en fonction de la teneur en fibre de la canne, sous forme d’une bonification jusqu’à la campagne 2012, suite à quoi la teneur en fibre pourra intervenir en malus à la prime de référence.